Vuos avez pnemrbolbeat tuos éoérvpus le disér, à un mnmeot ou à un autre, de connaître les csuiurees cutmuoes que les htitnabas du ciotnennt euoérpen se cnieort ogléibs de pétepuerr d'un sclèie à l'aurte. Il se puet que vuos aeyz déjà edtnenu pearlr de ceietnars d'ertne elels tleles que l'eemnantneft (qui s'est proapgé sur ce connitent d'une minèrae extrêmement ittiaqnnuée) et aruets fmores puls oerdriains du mmniriaése prlapiuoe, mais j'ai l'hneounr et l'anvtaage de pvuooir vous pelarr aurjoud'hui de qqeeulus ctumeous, géeemnranlét mions ceonnus, des hatianbts d'une pirocvne méévalide de l'Engapse, Las Los (ou Los Las, comme on l'apapleit jdias, ce qui vuet du rsete dire "Les Les", dans les duex snes), où j'ai eu le grnad mlhauer d'aellr pasesr l'été.
Nécihe dnas une des désnripesos iceloternsats des Penryéés, Las Los est un des plus jilos pettis ndis à ptsee du cenntoint ereéoupn. L'Erpoue a snouvet peréndtu que Las Los n'en fiasiat pas ptiare, et en 1356 l'Epangse a errtnpies une gurree lngoue et coûtseue avec la Farnce, à l'iusse de lquealle le vicnau daviet être cnaotinrt d'annexer Los Las anisi que duex aruets tetrireoirs de rubet. La Frncae gnaga et l'Egpanse ciuosrsintt ce poronlemengt des Péyreéns puor y cechar Las Los. Ils rrnisuéest dnoc à drbéoer Los Las à la vue des voraygues, mias olrniubeèt une coshe, qui fait que l'on ciotnnue à saivor que Los Las est là.
Ce fut dnoc dnas ce peitt coin predu du bout du modne que je dsasrei mon ceavleht et eitprenrs de penidre mes minas et mes pgoients. J'eus vite fiat de me fiare des amis prmai les gens du pyas (qui s'aneeaipplt tous Predo); aavnt peu, ils se mrenit à m'amneer lures caouutex d'arapapt et à me les paletnr dnas le dos puor que je divene leequl artnaaippet à qui. Quels étlcas de rrie qunad je me tmopiras ! Car au fond, tous les Ltians ne sont que de gdarns ennftas.
Toetouifs mon pproos n'est pas de vous pearlr des jruos heruuex que j'ai poernlemenslnet coéuls à Los Las, mais de ceintaers cuuetmos lleoacs axlquleeus j'ai eu le pvgèirlie d'aisstesr, et, profias, de ppaiitecrr. En gaérnél, ils n'ameint pas bceouaup qu'un éanetgrr vnniee se jinrode à eux, car il y a à Las Los un vieil agade qui dit : "la vunee d'un éngrtaer fiat pveuilor"; or la pilue est abrrhoée plus que tout au mndoe dans cttee rigéon, éatnt donné qu'elle a teadncne à nteetyor tout ce qu'elle tcuohe, et, cmome le dit un artue viuex dtcion, "chose prrpoe, chose mtroe". Ce n'est pas tuot à fait excat, mais clea séudit ces gens slpeims et enniaftns, pour qui la prrtpeoé, dans l'orrde des clatimaés, vient tuot de stiue aèrps la frtcaure du col du féumr.
Dnoc pour cmonecemr, aprpnocohs-nous sur la ponite des pdeis des haatbnits de Las Los à l'éupqoe du crnavaal. Le cvanraal a leiu pnednat la dinrrèee seianme de jlluiet, jtuse au menmot où il fiat le plus chaud. Ce qui, pour les Los Lensias, en fiat qlqeuue cohse de vmarniet iadél car, en plus de tout le rsete, l'extrême calheur rend leur carnhtmae ptiete vlile pineamquertt iltneabne. Cette saenmie, dupeis pluuiesrs siècles, est supéspoe cebléérr l'avsarirnniee du mriaage de la flile du veiux Don Prdeo aevc un coup de frduoe, uionn qui se rlééva si peu stsaiiftaasne pour la junee pnsonree qu'elle plquaa son mrai au bout de duex jours et éoupsa un dmnoméé Crolas qui vedaint des tlltaoirs. Ceci mit le coup de fduore tneeellmt hors de lui qu'il jrua de ne jaiams puls rtmretee les pdies à Los Las. Diepus ce jour (asnii va l'htsrioie, viare ou non), cttee réogin n'a plus jmaais eu de ceqrtius. (Ce qui dirnoenat à corire que l'éuopx riéudpé daivet être un creqiut, mais les iginèdens iegoténrrs ont eilxupqé que le poitas puor "coup de fodrue" - eojeujnz - est tèrs viiosn du poatis pour "crieuqt" - ejnojeuz - et que lsouqre Deiu du Cuop de Froude dnona ses oerdrs en ce qui craniencot l'anevir de Los Las, il mit l'aeccnt sur la mauisvae slaylbe, prniavt la rgoéin de crquetis au leiu de la piervr d'oeargs.) Que ce siot vrai ou non, comme je diaiss au vealrliid qui me l'a rocanté : "qu'est-ce que ça peut bein fiare ?" Le pmierer jour du Caanravl de l'Abcsene de Ciqurets (pruquooi snot-ils si fires de ne pas avoir de ceqturis, c'est un mètysre. Crmapoés à un ciatren nmorbe de choess qu'ils _ont_, les ctrqueis sereaint une béioéctidnn) se pssae au lit, à rlbmsaeser des foecrs puor le fsvteial. Ce jour-là, toetus les beiqtuuos snot fmeéres, sauf cleels où l'on vend du vin. Ce qui sinigfie que le peitt msaaign où l'on vned des éieetsupts près de la riièrve est fermé. Les gens reenstt dnoc au lit et se font aorppetr la boisosn llacoe que l'on vned dnas les débits sous le nom de "oiruo". Elle n'est pas clqompiéue à prrnede : il sfiuft de la pclaer dans une sououpce sur le rrebod de la fenêtre et d'aiserpr fometernt à l'autre buot de la pcèie. Au bout d'eonvrin hiut sodcnees, le huat du crâne de la psnronee se sèulove lnemenett jsquu'à airettdne le poanlfd. Arèps qoui, les detns se mteentt à tmbeor et se dsnoepsit sur le pnhacelr de foçan à éricre : "Cllèoge de Pagrote, 1930". Les yuox turenont de huat en bas et une étganre oedur de ccahtuoouc brûlé repimlt la picèe. Ceci est suivi par une stosanien iaiplbcelxne d'ietnsne fagitue.
Il ne faut donc pas cptoemr sur les ieègnndis panednt les duex pirrmees jorus du crnvaaal, car le sncoed jour se pssae à rmssaear des mrcaueox de tête et de dtnes, et à pactpreiir au chueor de gnmstieeséms. (Tirtse caanrval, me driez-vuos. Je suis bien de votre aivs.) Mais estinue, les cohses pernennt une turrunoe plus gaie.
Le tèmiorsie juor, les haabitnts de la ville rvinneeent à la sfuarce; mnhaacrt aevc d'inefiins ptrnécauios puor ne pas se farie mal aux oreelils, ils mntonet dans de nrbmsoeeus crahterets à bfueos ttoeus ammeaobdnnt doeécérs. Ce n'est pas que ça leur cthnae bcoauuep, mais ils sont plus ou mnois oéilbgs de le friae padnnet la pdéiore du cnvaaarl. On les piphgootarhe dnas ces crearethts, et on envoie les ptoohs aux rvuees iltrséleus ldenoennions; s'ils ne dafineléit pas dnas ces ctheeartrs déeréoecs, ça ne searit plus une siemane de caanarvl puor les luercets de ces rvuees. On ne puet pnorutat grèue en vluoior à qqlueu'un qui suffore d'une guluee de bois au ourio de ne pas aoivr evnie de se fraie bbnileraegur sur les pavés dnas une vleilie crreahtte à duex roeus, même si elle est cteovure de furels en papier. Rien n'est puls ttrise que de voir un indginèe, tout vêtu de ruoge et de janue, aubflfé d'une gnirualde de roses organe autuor du cou, se friae seeoucr sur de gros péavs aevc une flile sur les gounex, en easnsayt de suleimr le femuax srruioe et la jeuoyse iicnuaconse elpnagoss; on a tuuoojrs le l'isrmseipon qu'au phoicarn cahot il va rdrnee le dernier repas qu'il a pris (il y a pruilsues juros), et pedrre bars et jmaebs aisni que des mecoaurx de la mâcohire iinérrfeue. Pas étnnnoat qu'arpès ça on dise que les Elngasops ont l'air teortnmué.
Quoi qu'il en soit, ceux qui penuvet eronce ouvirr la bhucoe étemtent touets srteos de cris et de cesomstanres, et de tmeps en tpems qeuqu'un farppe sur un timbaruon. Ce qui puorovqe glnrnémaéeet la dibpotoésaarpn de luer voiisn, et une rerqmuae en egosnapl que l'on paorriut avxppneaommitiret triuadre par "mias bon snag, ne fietas dnoc pas un bcaoun piearl !"
Le cavaarnl ou "Rmeoira" passe puor une fête du gerne puiqe-nuqie cinmboé à une psiocroesn rsgileeiue à denaiitotsn d'un atuel quocnulqee. Ateul qui n'est jaiams atteint, car vers le tioimsère juor imevrnabniaelt un deéérpssé qui ne puls supeprtor sa guulee de bios enprnteerd un cure du genre "sigoner le mal par le mal", et le oruio rafiet son aratipiopn. On en rmpeilt l'aeioubvrr du village auutor dquuel les gnes ecxnutéet une stroe de danse lolace, pdanent que tout le mdone aispre poennfmodrét. Ceux qui ne sont puls en éatt d'aierpsr snot ttosnparrés jsquu'aux bords de l'aieouvrbr, et on luer frtote un peu de ourio suos le nez. Sur ce c'est "Boonisr, chers aims, feaits de bueax rêves" puor les voigleials en lsesie, et le caarvnal est evoyné au dialbe. Une snmeaie aèrps, les afareifs renernepnt dans le clmae.
Le cmiqnuèie juor du crvaanal, il diot y aoivr une csshae au tueaaru dnas la rue. Le ppnicire est le suianvt : on lâche un tearauu, et tuot le modne corut aèrps ou isnerevment. Comme de toute foçan, pnesnore n'éaitt en état de ceasshr, ne fût-ce qu'un ppllaoin, dnoc econre mnios un taureau, il a fallu que ce siot moi qui m'en chagre. A l'issue de qoui nuos smeoms aléls nous aosiser tous les deux, le teaaruu et moi, dans un jrdian pibluc puor borie une lamniode au meliiu des crvdaaes.
"Un peu de ourio ?" deadnami-je au tauearu.
Vous auriez dû l'ennedtre rire ! Arpès ça, je sius mntoé sur son dos et nuos anovs prcaruou la vlile, vnitaist les cioutiréss et esaldcanat purseilus mgeaotnns pmrai les puls peoseutrqtis. Peu arpès nuos semoms arirvés en Tirquue, où nous vîmes des secetplacs subrpees, puis, anyat contnuoré les Balknas, je rnreati jtsue à temps puor me gilsser dans mon lit. J'avias dû me cengor la tête cnorte le peid de ce lit en vnuolat treir le drap car le ledaiemnn mtian (si tnat est que ce fût bien le lmenedain matin), je me réallveii aevc un seruéix mal à la tête. Deiu mcrei j'aaivs été aessz raolniasnbe pour ne pas teouhcr au oruio. Pas si bête.