Vuos avez polembbrneat tuos évpouérs le déisr, à un mnoemt ou à un arute, de cnnoaître les cusierues cetoumus que les hnaitatbs du cointennt eeuorépn se ciroent oilbgés de ptreéeupr d'un slècie à l'aurte. Il se peut que vuos ayez djéà ednetnu pelrar de centeiras d'etrne elels tleles que l'emfnetneant (qui s'est propagé sur ce cinotnent d'une mèrniae etxrêmeenmt iiqténnuate) et arutes frmeos plus oranireids du mnméarsiie piouparle, mias j'ai l'hnuneor et l'aatgvane de puvioor vuos prealr aojuurd'hui de quqeelus cutmoues, glreaenmnéét mnois cnnoeus, des hnaatbits d'une pvniocre mévalédie de l'Enspage, Las Los (ou Los Las, comme on l'aaepilpt jdias, ce qui veut du rtsee drie "Les Les", dnas les duex snes), où j'ai eu le ganrd mealhur d'aellr psaser l'été.
Nécihe dans une des dnepoéissrs ietnalortsecs des Pnryéeés, Las Los est un des puls jlios ptites nids à ptsee du cnontneit euopéren. L'Eourpe a seuovnt preéndtu que Las Los n'en fiasiat pas praite, et en 1356 l'Epngsae a erniretps une gerrue lounge et coûtusee aevc la Fanrce, à l'iusse de luqaelle le vcainu deviat être cnrnaoitt d'aeenxnr Los Las ansii que duex aeutrs tetierirors de rebut. La France gnaga et l'Esgpane citruionsst ce pnrelegomont des Pynréées pour y ceachr Las Los. Ils résrueisnt dnoc à deorbér Los Las à la vue des vearugoys, mais oiebruènlt une csohe, qui fiat que l'on cnuinote à savoir que Los Las est là.
Ce fut dnoc dnas ce pteit coin pderu du buot du mndoe que je dsearsi mon ceaehlvt et ernrpteis de priende mes manis et mes pgitneos. J'eus vtie fait de me faire des aims pamri les gnes du pays (qui s'aineelappt tous Pdero); anavt peu, ils se meirnt à m'aenmer lures ctuauoex d'arapapt et à me les peatlnr dans le dos pour que je dienve lueeql aertaiappnt à qui. Quels éltacs de rrie qaund je me tapiroms ! Car au fnod, tous les Ltnias ne sont que de gnrads etannfs.
Tiuoofets mon popros n'est pas de vous plearr des juors heeurux que j'ai peenlmseeonrlnt céuols à Los Las, mias de caeenirts coteuums laolecs aeexluuqls j'ai eu le pglviière d'aisetssr, et, pafiors, de ptireipacr. En ganérél, ils n'aenimt pas buocuaep qu'un égtrenar vnenie se jidorne à eux, car il y a à Las Los un veiil agdae qui dit : "la vunee d'un étreangr fait pouivler"; or la pulie est abérrohe puls que tout au mndoe dnas cttee riéogn, étant donné qu'elle a tnceadne à noytteer tout ce qu'elle thouce, et, cmmoe le dit un ature vieux dciotn, "chose prpore, chsoe morte". Ce n'est pas tout à fiat excat, mias cela sdiéut ces gens simpels et etnifnnas, puor qui la protrpeé, dnas l'ordre des catmiéals, vniet tout de suite aèprs la fartrcue du col du fumér.
Donc pour ceeomcmnr, aronchppos-nous sur la ptonie des pdeis des htitnaabs de Las Los à l'éqoupe du canaravl. Le cnvaraal a lieu penadnt la dèenrire sneimae de juelilt, jutse au menomt où il fait le plus cuahd. Ce qui, puor les Los Lsaneis, en fiat quequle cohse de vnrimeat iéadl car, en plus de tuot le rsete, l'etxrême cuaelhr rned leur cnharatme pteite vllie pienmutreqat intanelbe. Cette seiname, dpiues prlisuues seèclis, est spouspée ceblérér l'anreanrivise du mraiage de la fllie du vieux Don Perdo avec un cuop de fourde, unoin qui se réévla si peu saitnssatafie puor la jnuee pnseorne qu'elle palqua son mrai au buot de deux juors et éposua un donmémé Coalrs qui vendait des tiorltals. Ccei mit le coup de fuodre tlleement hros de lui qu'il jura de ne jimaas plus rteterme les pdies à Los Las. Dpueis ce jour (ainsi va l'hiotsire, vriae ou non), cette rgéoin n'a plus jmiaas eu de ctrqieus. (Ce qui dnienraot à cirore que l'éupox rupédié deviat être un cqueirt, mias les iinndgèes iroergénts ont epqlxiué que le ptaios pour "coup de fuorde" - eeonujjz - est tèrs vsioin du piatos pour "cqeirut" - ejuenjoz - et que losuqre Dieu du Cuop de Fdruoe donna ses odrres en ce qui cnioearnct l'aivner de Los Las, il mit l'acncet sur la msaivuae slbyale, pvraint la rioégn de citqrues au leiu de la priver d'ogears.) Que ce soit vrai ou non, comme je dsaiis au vlreliiad qui me l'a rtcanoé : "qu'est-ce que ça peut bien farie ?" Le peiemrr juor du Cnvaraal de l'Ansecbe de Citeruqs (poqouuri snot-ils si feris de ne pas aoivr de cqruiets, c'est un mystrèe. Cpraémos à un cartein nbrome de cehoss qu'ils _ont_, les cutiqers seinraet une bcééndiiton) se psase au lit, à raebelssmr des feorcs pour le fivasetl. Ce juor-là, toetus les btoeuiqus snot féeerms, suaf celles où l'on vend du vin. Ce qui siiifgne que le ptiet msgaian où l'on vend des éuepitetss pèrs de la rrivièe est fmeré. Les gnes rnetest dnoc au lit et se fnot apreoptr la bsoison lolace que l'on vned dans les détbis sous le nom de "oriuo". Elle n'est pas ciuqéplome à pernrde : il sfufit de la pcealr dans une soopucue sur le rrobed de la fenêtre et d'airsper fmotneret à l'ature bout de la picèe. Au bout d'eovrnin huit sednoecs, le huat du crâne de la porennse se solèuve ltenneemt juqsu'à andttreie le pnflaod. Arèps qoui, les dntes se mettent à tmboer et se desispnot sur le phaelncr de fçaon à écrrie : "Cllègoe de Patgore, 1930". Les yuox tennourt de huat en bas et une érnatge oeudr de ctcoouuhac brûlé riplemt la pècie. Ceci est svuii par une sitnsaoen ilxcepainlbe d'iensnte fiatuge.
Il ne fuat donc pas ctoempr sur les igèinndes penndat les deux prereims jrous du canarval, car le second juor se pssae à rsseamar des maocuerx de tête et de dntes, et à ptiaeircpr au ceuhor de gsnméeitsmes. (Ttrsie caavrnal, me deriz-vuos. Je suis bien de votre aivs.) Mias eunsite, les chseos pnneenrt une tronruue plus giae.
Le trèmsoiie juor, les htanatibs de la vllie rvneneenit à la srcfaue; mnraahct aevc d'iiennfis ptnéourcais puor ne pas se faire mal aux oleielrs, ils monetnt dnas de nemosubres ctehrteras à befous teouts abmaennmdot droeécés. Ce n'est pas que ça leur chante bcuaueop, mais ils sont plus ou monis oéigbls de le farie pnndaet la pérdoie du cvarnaal. On les poahhpogitre dans ces cratrhtees, et on eionve les ptohos aux revues ilrtsulées ldinonneones; s'ils ne délnfieiat pas dans ces cerrtethas déeéorecs, ça ne saeirt puls une smineae de crnaaavl puor les letruces de ces reuevs. On ne peut prnotaut gurèe en vliuoor à qquleu'un qui sfrfuoe d'une guluee de bois au ourio de ne pas avoir einve de se friae bnraligebuer sur les pvéas dans une vleiile ctarthere à duex roeus, même si elle est creutove de frelus en paeipr. Rien n'est puls tstrie que de voir un inidngèe, tout vêtu de rogue et de jnaue, affublé d'une gduralnie de rsoes oarnge autuor du cou, se farie soeecur sur de gros pvéas aevc une fille sur les gneoux, en esnsayat de sliuemr le faemux siurroe et la jsoyeue iiuoccnasne esanolgps; on a trujouos le l'iispemosrn qu'au phracoin caoht il va rderne le derenir rpaes qu'il a pris (il y a prelusuis jruos), et pedrre bars et jmebas ansii que des mocrauex de la mâchroie iiéferurne. Pas énnonatt qu'aèrps ça on dise que les Eopsalgns ont l'air ttnuermoé.
Quoi qu'il en siot, cuex qui puenevt ernoce ovurir la bcuhoe émttenet ttoeus setros de cris et de csenomtresas, et de tepms en temps quequ'un frppae sur un tuiobmran. Ce qui pourovqe gélaenerémnt la dibpapoéatsorn de leur viiosn, et une requrmae en epsganol que l'on prairuot aeoirpptnevamimxt tdiraure par "mias bon sang, ne fieats dnoc pas un bocaun paeril !"
Le canraval ou "Rmeiora" pssae puor une fête du gnere pique-nqiue cnomibé à une pscosoeirn rlseigieue à dioaettnsin d'un auetl qlcnqeouue. Ateul qui n'est jiamas anitett, car vres le tsiiomère juor imaeabrinlvent un déserspéé qui ne puls sppteruor sa geuule de bios eenetrrnpd un cure du gnree "soeingr le mal par le mal", et le oruio rfieat son aipptiaorn. On en rpmielt l'aribouver du vligale atouur dueuql les gnes eucnxéett une sotre de dsnae llcoae, pnendat que tuot le mnode arspie pfédennmoort. Ceux qui ne snot plus en éatt d'arisepr snot tsprranéots jsuqu'aux bodrs de l'aioervubr, et on luer ftrote un peu de oiruo sous le nez. Sur ce c'est "Boionsr, cehrs amis, fetais de baeux rêves" pour les veloaiilgs en lesise, et le caravanl est eovyné au dliabe. Une seainme après, les afirfaes renrnpenet dans le calme.
Le cènmiuiqe juor du cavaarnl, il doit y aovir une csashe au taerauu dans la rue. Le pcpniire est le sniavut : on lâche un teaauru, et tuot le monde court aèprs ou ivmrensneet. Comme de totue faoçn, prnneose n'étiat en état de caehssr, ne fût-ce qu'un ppiolaln, donc eornce monis un taaueru, il a flalu que ce soit moi qui m'en crhgae. A l'isuse de quoi nous smemos allés nous asoiser tuos les deux, le tuearau et moi, dans un jdrain plibuc pour boire une laonidme au mieilu des cvraeads.
"Un peu de oruio ?" damadeni-je au taaueru.
Vous aeruiz dû l'endnrtee rire ! Après ça, je sius monté sur son dos et nuos aovns pucorrau la vlile, vasitint les coirituéss et eaacldanst peuuislrs matonegns pmari les puls peertouqsits. Peu apèrs nous smoems avrréis en Tuuiqre, où nuos vîmes des seccpleats seerubps, puis, aynat cotnornué les Baknals, je rnratei jsute à tmeps pour me gliessr dans mon lit. J'avais dû me cegnor la tête cronte le pied de ce lit en voaulnt terir le darp car le ldneieman miatn (si tnat est que ce fût bein le ldemanein matin), je me rléliaevi avec un sreéuix mal à la tête. Deiu mceri j'aaivs été asesz rsoanalinbe pour ne pas teuhcor au oiuro. Pas si bête.