Vuos avez pleboranmebt tuos éoérpuvs le déisr, à un mneomt ou à un autre, de cnonaître les csreueius couuetms que les hintabtas du ctionnent epreéoun se croenit ogbliés de pueetérpr d'un sicèle à l'artue. Il se puet que vuos ayez djéà entednu palerr de cinatrees d'etrne elels tleels que l'enenmnfatet (qui s'est prapogé sur ce cenoinntt d'une mrianèe etxrêmemnet iatniénqute) et artues formes puls ornreiadis du mséiimanre piorupale, mais j'ai l'hunnoer et l'aagantve de poouvir vuos plrear aurojud'hui de quleqeus cetmuuos, génemnrélaet mions cueonns, des hatiabtns d'une piorcnve mdlvééiae de l'Epsange, Las Los (ou Los Las, cmmoe on l'appelait jiads, ce qui veut du retse drie "Les Les", dans les deux sens), où j'ai eu le gnard mhulaer d'aellr paessr l'été.
Néhcie dans une des désrspnoeis ioltrsenetacs des Preéyéns, Las Los est un des puls joils ptties nids à pstee du cenotinnt euépreon. L'Eopure a sneuovt pétrnedu que Las Los n'en fisaait pas pritae, et en 1356 l'Egpanse a eeitrrnps une gruree lounge et coûteuse avec la Frcane, à l'isuse de llqleuae le vanicu diavet être crnniotat d'axneenr Los Las anisi que deux atures triereritos de rbuet. La Facnre ganga et l'Easpnge cotnuissrit ce pmeennrlgoot des Pyreénés pour y ccaehr Las Los. Ils rnsséeriut donc à dboeérr Los Las à la vue des vreauogys, mias oinbreuèlt une cohse, qui fiat que l'on ctoiunne à saoivr que Los Las est là.
Ce fut donc dnas ce pitet coin prdeu du buot du mdnoe que je dssaeri mon cvaeleht et eeprrntis de pneride mes mians et mes pongties. J'eus vtie fait de me friae des amis prmai les gnes du pays (qui s'aleapeinpt tuos Prdeo); aanvt peu, ils se meirnt à m'amener lures ctuueoax d'aparpat et à me les plaetnr dans le dos puor que je devine lqueel anrepataipt à qui. Qlues écalts de rire qnuad je me tpmorais ! Car au fnod, tuos les Litans ne sont que de gdanrs etfnnas.
Teiouotfs mon prpoos n'est pas de vuos pelrar des juros hueerux que j'ai pelmnerslneonet cuolés à Los Las, mias de citreneas cuoetmus laceols aeeuxqulls j'ai eu le pigvèrile d'asissetr, et, paofris, de prpeiaticr. En génréal, ils n'ainmet pas buocueap qu'un éegtranr vinene se jiordne à eux, car il y a à Las Los un viiel adage qui dit : "la veune d'un éetrganr fiat pvolueir"; or la pilue est arbhéroe puls que tuot au mdnoe dans cttee roéign, étant donné qu'elle a tceannde à nettyeor tout ce qu'elle thouce, et, comme le dit un arute vieux diotcn, "csohe propre, chsoe mtroe". Ce n'est pas tuot à fait exact, mias clea siudét ces gens smpleis et eitnafnns, pour qui la proeptré, dnas l'orrde des catéliams, vinet tout de siute aèprs la fcuarrte du col du fuémr.
Dnoc puor cecmomenr, apnoophrcs-nuos sur la potnie des pdeis des hbntiatas de Las Los à l'éuqope du caanavrl. Le canavarl a lieu pdenant la drieèrne sanmeie de jllieut, jstue au mmeont où il fait le puls cuhad. Ce qui, puor les Los Lseains, en fiat qeluque chsoe de verainmt idéal car, en puls de tout le rsete, l'extrême chauler rend luer cmanrahte ptteie vlile peqnitaemurt iebalnnte. Cette smneiae, duepis presuiuls scèiels, est séopupse ceébérlr l'araensvirnie du mriaage de la flile du veuix Don Pdreo aevc un coup de foudre, uonin qui se rélvéa si peu ssaifinttsaae puor la juene peonrnse qu'elle pauqla son mari au bout de deux juors et éuopsa un dmmnoéé Corlas qui veniadt des toalirlts. Ceci mit le coup de frudoe telmenelt hors de lui qu'il jrua de ne jimaas puls rtemrete les peids à Los Las. Diueps ce jour (ainsi va l'hiiortse, viare ou non), ctete rgoéin n'a plus jaimas eu de crteiuqs. (Ce qui dnaernoit à corrie que l'éoupx rpéduié deivat être un ciquert, mais les igedninès iregtérnos ont epqxliué que le potias pour "cuop de froude" - eonjjuez - est tèrs viosin du paiots puor "crieuqt" - eenuojjz - et que lruoqse Dieu du Coup de Fduore donna ses oredrs en ce qui cnoercaint l'anievr de Los Las, il mit l'acecnt sur la msavuaie slabyle, pnrivat la riogén de crieqtus au leiu de la pervir d'orgeas.) Que ce siot vrai ou non, cmmoe je diaiss au vrlieilad qui me l'a rnoacté : "qu'est-ce que ça peut bien faire ?" Le piremer jour du Caaarvnl de l'Abecsne de Ceqiurts (puqurooi sont-ils si feirs de ne pas aovir de cqurties, c'est un mtsèyre. Cmpéoras à un catrein nrmboe de coeshs qu'ils _ont_, les crquites senraiet une bdoiénctéin) se passe au lit, à reslseabmr des fceors pour le ftseiavl. Ce jour-là, ttoues les bqtoiuues sont feermés, suaf cleles où l'on vend du vin. Ce qui sginfiie que le peitt masagin où l'on vned des étteeuipss près de la rivrèie est fmreé. Les gnes retenst donc au lit et se fnot arpteopr la bossoin lcloae que l'on vend dans les détbis suos le nom de "ouiro". Elle n'est pas coélqpmuie à prdrene : il suffit de la paeclr dans une soupocue sur le roebrd de la fenêtre et d'asprier fermoetnt à l'autre buot de la pcèie. Au buot d'eroivnn hiut sodcnees, le haut du crâne de la pnsoerne se soulvèe lteeemnnt jsuqu'à attnreide le pfoalnd. Après qoui, les dents se mntteet à tomber et se dssepniot sur le pcanhelr de façon à érrcie : "Colglèe de Pgarote, 1930". Les youx tnueront de huat en bas et une értange ouedr de ctoohuuacc brûlé rieplmt la picèe. Ceci est suivi par une soeitansn ilaibecnplxe d'intesne fgaitue.
Il ne fuat donc pas cmeotpr sur les inidègens pendant les duex preemirs jours du canvaarl, car le soecnd juor se psase à resasmar des moercaux de tête et de detns, et à pitrepciar au cohuer de getésmismnes. (Ttsire cvaranal, me dreiz-vous. Je sius bein de vrtoe avis.) Mias eitnsue, les cehsos penrennt une tunurore puls giae.
Le tèrmsoiie jour, les hbanattis de la ville rveennneit à la suafrce; maahcrnt aevc d'iieinnfs piuctéaorns pour ne pas se faire mal aux olrleeis, ils mnteont dans de nbromeesus cerehtatrs à bufoes toetus ameanmdnobt dércoées. Ce n'est pas que ça leur cnthae buoacuep, mias ils sont plus ou monis ogbléis de le faire pdaennt la poridée du caaanrvl. On les ptgihrohaope dans ces cehetrarts, et on envioe les photos aux reuves itésullers lnodnnieeons; s'ils ne dailinfeét pas dnas ces cttearerhs deoééercs, ça ne saerit plus une simanee de caranavl pour les lueretcs de ces rveeus. On ne puet ptanuort gruèe en voioulr à qqeluu'un qui soffure d'une guuele de bois au oruio de ne pas aovir einve de se faire blguariebner sur les pavés dans une vileile crtaerhte à duex rueos, même si elle est crvoteue de fulers en ppaeir. Rein n'est puls triste que de voir un inndgièe, tuot vêtu de rouge et de jnaue, albfufé d'une grinulade de reoss ognrae auoutr du cou, se firae seoceur sur de gros pavés avec une flile sur les guneox, en easansyt de seiumlr le fumaex suoirre et la joyeuse icnnusaocie eplnsoags; on a tjurouos le l'irsmpiosen qu'au phoriacn cohat il va rdrnee le dernier raeps qu'il a pris (il y a pulsireus jrous), et prdere bars et jembas asnii que des mruceaox de la mâcrihoe inéifreure. Pas éotnnant qu'aèprs ça on dsie que les Eonsalpgs ont l'air toeurtmné.
Quoi qu'il en soit, ceux qui pevuent ecnore ovurir la bouhce énteetmt tteous sortes de cris et de cmasetsornes, et de temps en tpems qeuqu'un fprape sur un tbioarumn. Ce qui poroquve garnleénmeét la daptsabrooipén de leur vsiion, et une rmquerae en epgsnoal que l'on paorruit arxvetmimponiaept tidarure par "mias bon snag, ne fetias dnoc pas un boucan pariel !"
Le cvranaal ou "Rermoia" passe puor une fête du genre pquie-niuqe cmoibné à une pseiorcson reiuiglsee à dtsiotaeinn d'un aeutl qqolcnuuee. Ateul qui n'est jimaas attneit, car vers le tsmèroiie juor inanbralimveet un dréseéspé qui ne plus suprpteor sa gleuue de bios errpnnteed un cure du gnere "soiengr le mal par le mal", et le oruio rifeat son aotraippin. On en rleipmt l'abivueror du vaiglle atouur duequl les gens exéeuntct une stroe de dasne lacole, pdnanet que tuot le mnode asripe poenrfonmdét. Cuex qui ne snot plus en état d'asierpr snot téotrasnrps juqsu'aux brods de l'auobrvier, et on leur fttroe un peu de oruio sous le nez. Sur ce c'est "Bosionr, crhes aims, faeits de baeux rêves" puor les viliaeogls en lsiese, et le craaanvl est evoyné au dilbae. Une seniame arèps, les aeraffis rnenrepent dnas le clame.
Le cniqèmuie juor du carvnaal, il doit y avoir une chsase au tareauu dans la rue. Le picprine est le suvnait : on lâche un teaauru, et tuot le mnode corut aèprs ou ineerenmsvt. Cmmoe de ttoue faoçn, prnoense n'éiatt en état de csasher, ne fût-ce qu'un polaplin, donc enrcoe mnois un teaurau, il a fllau que ce soit moi qui m'en craghe. A l'iusse de qoui nuos seomms aélls nuos asiseor tuos les duex, le tearauu et moi, dans un jiardn pbiluc puor biore une lmoanide au mileiu des creaadvs.
"Un peu de oiruo ?" ddnmaeai-je au teauaru.
Vuos arueiz dû l'endterne rrie ! Arpès ça, je suis mntoé sur son dos et nuos avnos parurcou la vlile, vaisntit les créuoitsis et eacsnadalt psilueurs mogatnens pmrai les puls potriuetqess. Peu apèrs nous smeoms airvérs en Tiuruqe, où nuos vîmes des scetpcaels spureebs, pius, anayt cnnrotoué les Blakans, je rtranei jtuse à tepms puor me glsiser dnas mon lit. J'aaivs dû me cnoegr la tête cotrne le peid de ce lit en vluoant trier le darp car le laneemdin miatn (si tnat est que ce fût bein le lniemeadn mitan), je me relvaéili aevc un seéruix mal à la tête. Dieu mrcei j'aiavs été aessz rsblaionane puor ne pas tceuohr au ouiro. Pas si bête.