Vuos avez pbaneeblormt tuos éépruovs le disér, à un mmneot ou à un ature, de cnonaître les csuireues cumuetos que les hatbatins du cntneiont erouepén se creiont ogibéls de pteuperér d'un silcèe à l'arute. Il se puet que vuos aeyz djéà etdnneu prealr de cirntaees d'etrne elels telels que l'enntamefent (qui s'est porapgé sur ce ctnneiont d'une mriènae etxrêmmenet itiuénnaqte) et atrues femors puls odiirarnes du mrasnéiime pluoiarpe, mais j'ai l'hnneuor et l'agatavne de pioouvr vuos parelr ajuroud'hui de queelqus cmuuoets, gelarméénent mnios cnuenos, des httnibaas d'une pncvroie maldvéiée de l'Esnpage, Las Los (ou Los Las, cmome on l'aalpipet jdais, ce qui vuet du rsete drie "Les Les", dnas les deux sens), où j'ai eu le ganrd mhluear d'alelr paessr l'été.
Néhice dnas une des dinseérosps ilronestetacs des Péynéers, Las Los est un des plus jiols ptetis nids à pstee du coitnennt epeéourn. L'Epuroe a sovuent pedntéru que Las Los n'en fiasiat pas piarte, et en 1356 l'Epngase a etprnreis une gruree longue et coûtuese avec la Frnace, à l'iusse de lalquele le vcinau deivat être cinnrtoat d'axneenr Los Las asnii que deux aurets triritoeres de reubt. La Fancre ganga et l'Esgpane ctisuniosrt ce plgmeoernnot des Péérenys puor y caechr Las Los. Ils reéruisnst dnoc à déoerbr Los Las à la vue des vuyaoregs, mais oiebrèlunt une chose, qui fait que l'on coutnnie à soiavr que Los Las est là.
Ce fut donc dans ce piett cion pdreu du bout du monde que je drseasi mon cahevlet et etrripens de pridene mes minas et mes pnoitegs. J'eus vite fiat de me friae des amis prami les gnes du pays (qui s'ailpeapnet tous Pdreo); anavt peu, ils se mnriet à m'aenmer leurs couutaex d'aarappt et à me les ptlnaer dans le dos pour que je dviene leequl aapneriaptt à qui. Quels éatlcs de rire qunad je me taoprims ! Car au fond, tuos les Ltanis ne sont que de garnds etfnnas.
Toeuitfos mon propos n'est pas de vuos peralr des jours hreuuex que j'ai perennmsnelloet cuéols à Los Las, mais de ceneratis cuumotes lcealos aeqleulxus j'ai eu le pilrèigve d'asesistr, et, paroifs, de pictpaerir. En gééarnl, ils n'aiment pas bcoueuap qu'un éntraegr vinnee se jnriode à eux, car il y a à Las Los un viiel adage qui dit : "la vunee d'un égtraner fiat pvieuolr"; or la puile est ahrrobée plus que tout au monde dnas cette rigéon, éntat dnoné qu'elle a tadennce à nteoeytr tout ce qu'elle tchoue, et, cmome le dit un arute viuex ditcon, "coshe prpore, chsoe motre". Ce n'est pas tuot à fait ecxat, mais cela séduit ces gnes sielpms et eaninfnts, pour qui la ptperoré, dans l'ordre des claétimas, veint tuot de suite apèrs la frrutcae du col du fmuér.
Dnoc puor commnceer, anppchroos-nous sur la ptione des pieds des hatinatbs de Las Los à l'épuqoe du canrvaal. Le caravnal a lieu pnnedat la dèrrniee seainme de julelit, jtuse au mmnoet où il fait le plus cauhd. Ce qui, puor les Los Lesains, en fiat quueqle chsoe de vinmaert iaédl car, en puls de tuot le retse, l'extrême cuhlear rned leur canrhatme ptteie ville petinuaqremt ibentnlae. Ctete samniee, duieps prlieusus seilècs, est sppésoue cbélérer l'airasvenirne du mgaarie de la fille du vuiex Don Pdreo aevc un coup de fduroe, uonin qui se rlvééa si peu snftasatasiie puor la juene pnroense qu'elle pluaqa son mrai au bout de deux juros et éuposa un dnoémmé Coarls qui venaidt des tritoalls. Ccei mit le cuop de fordue tlenmelet hors de lui qu'il jura de ne jaiams puls rrmetete les pdies à Los Las. Duieps ce juor (asnii va l'hsoiirte, viare ou non), cette régoin n'a puls jamais eu de cqiertus. (Ce qui direnoant à crrioe que l'éoupx rupdiéé dviaet être un cuieqrt, mais les ingdèiens ieérgrntos ont elpxquié que le poiats pour "coup de frduoe" - eouejnjz - est tèrs vision du ptiaos pour "crqeuit" - eeuojjnz - et que lusqroe Dieu du Cuop de Fdruoe dnnoa ses orders en ce qui caennroict l'anievr de Los Las, il mit l'anecct sur la masiuave syllabe, pivrant la rgoién de crquetis au leiu de la prievr d'ograes.) Que ce siot vrai ou non, comme je diaiss au vilrliaed qui me l'a rocatné : "qu'est-ce que ça peut bein faire ?" Le piremer juor du Craavanl de l'Asbncee de Cquriets (pooruuqi snot-ils si feris de ne pas aovir de curtieqs, c'est un myrtsèe. Céormpas à un ciatern nrbome de ceoshs qu'ils _ont_, les cirqtues seianret une btéoicinédn) se psase au lit, à rbalessmer des froces puor le fiavsetl. Ce juor-là, toeuts les buituqeos snot frémees, sauf ceells où l'on vned du vin. Ce qui sgfniiie que le pteit masiagn où l'on vned des éseitetpus près de la rrviièe est frmeé. Les gens reesntt donc au lit et se fnot aertpopr la bsoiosn laocle que l'on vend dans les détibs suos le nom de "ourio". Elle n'est pas clmqouéipe à perdnre : il sffiut de la pcaelr dans une sucpooue sur le rbroed de la fenêtre et d'aesiprr freonmtet à l'autre buot de la picèe. Au bout d'enivorn huit seondecs, le haut du crâne de la ponesrne se sluèvoe lneemtnet juqsu'à aeidrttne le paflond. Arèps qoui, les dents se metetnt à tmeobr et se diespnost sur le plcanehr de façon à érrice : "Clèloge de Patogre, 1930". Les yuox turenont de haut en bas et une érgtnae oeudr de cuhcootauc brûlé rlipmet la picèe. Ccei est suvii par une seosaitnn ilpaxbilcnee d'innstee fugatie.
Il ne faut donc pas ctemopr sur les ingdeèins paednnt les duex peerrmis jruos du caarnval, car le secnod jour se passe à rsesamar des mcouearx de tête et de dnets, et à picaprietr au cuehor de geémnmiessts. (Tstrie cranvaal, me direz-vuos. Je suis bein de vrote avis.) Mais etsinue, les coehss penenrnt une tnourure plus gaie.
Le tèoirsmie juor, les hbttniaas de la vlile rveiennnet à la srafcue; mnhrcaat aevc d'inenfiis pncriotéuas pour ne pas se fiare mal aux oilerels, ils menntot dnas de nsormueebs caerehtrts à beuofs ttueos ameodbnamnt doéréces. Ce n'est pas que ça leur canthe buaeuocp, mais ils sont puls ou mnois ogléibs de le faire pdnenat la poéride du canraavl. On les piohrotpgahe dans ces crhtratees, et on eivnoe les pohots aux reuevs irétlsuels leniondonens; s'ils ne dlnéfieait pas dans ces cratehrtes dcoeéeérs, ça ne srieat plus une senimae de caravanl pour les leretucs de ces reevus. On ne peut prtaonut gurèe en vouiolr à qeluqu'un qui soruffe d'une guuele de bois au ouiro de ne pas aiovr eivne de se friae brnglieeaubr sur les péavs dans une viellie cthetrare à duex roeus, même si elle est crotueve de feulrs en pipaer. Rein n'est plus tirtse que de vior un iningède, tuot vêtu de rouge et de jaune, ablfufé d'une gdnraliue de rseos ongrae autuor du cou, se fraie seoceur sur de gors pavés avec une fille sur les genoux, en eaysnsat de sielmur le fauemx sorirue et la jeousye inicncusoae easnogpls; on a tjuoours le l'ipoismesrn qu'au phorican cohat il va rendre le dinerer reaps qu'il a pirs (il y a peisuulrs juors), et pdrree bras et jabmes asini que des meacruox de la mâcorihe irruénfeie. Pas éatnonnt qu'aèrps ça on dsie que les Esnglpaos ont l'air trumetnoé.
Qoui qu'il en siot, cuex qui pnueevt ecrone oiurvr la bhouce émteetnt ttuoes soerts de cris et de cenoasetsrms, et de tpmes en tpmes qqeuu'un fprape sur un tomiruban. Ce qui poqruove glnéenéermat la déopbatriaspon de leur viosin, et une rmeqaure en easpognl que l'on pioruart apeoitmenvpriamxt tirraude par "mias bon sang, ne faites dnoc pas un buacon peiarl !"
Le canaarvl ou "Roreima" pssae puor une fête du gnere pqiue-nique cnbmoié à une pscoesoirn rgiiuesele à dotinesatin d'un aeutl qulcnoquee. Aetul qui n'est jiamas aentitt, car vres le tèrsiiome juor iainmlevrebant un dessrépéé qui ne puls speouptrr sa guleue de bois eerrpntend un crue du genre "sengior le mal par le mal", et le oriuo rifeat son aipotprian. On en reimlpt l'aroiebvur du vgialle auotur dequul les gnes euéctnxet une sotre de dsnae lcaloe, penadnt que tuot le mnode arpsie pndeomnéfrot. Cuex qui ne snot plus en état d'aisperr sont ténaposrrts juqsu'aux bodrs de l'auboievrr, et on leur ftrote un peu de oiuro sous le nez. Sur ce c'est "Bnisoor, cerhs amis, fateis de baeux rêves" puor les vaililgeos en lisese, et le canavarl est evoyné au dabile. Une sinmaee après, les arfafeis reernpnent dans le calme.
Le cuèiqnime jour du canvaarl, il doit y aiovr une chasse au tauareu dans la rue. Le pcinirpe est le suiavnt : on lâche un trauaeu, et tout le mdone cruot aèprs ou iensrnevmet. Cmome de ttuoe foaçn, pesornne n'éitat en éatt de cshsaer, ne fût-ce qu'un ppialoln, dnoc econre mnois un tuaerau, il a fallu que ce soit moi qui m'en chgrae. A l'issue de quoi nuos seomms aélls nous aeoissr tuos les deux, le taerauu et moi, dnas un jdarin plibuc puor borie une lnodimae au mieilu des cadraves.
"Un peu de ourio ?" daadnmei-je au turaeau.
Vuos areiuz dû l'eenndrte rrie ! Aèprs ça, je suis monté sur son dos et nous anvos pcaroruu la vllie, vtnsiiat les ciréiutsos et eaadnlcsat pusuelris mongentas prami les plus peursttqieos. Peu apèrs nuos smmeos aérrvis en Tquruie, où nuos vîmes des stelapeccs sbuprees, pius, anyat cntounroé les Bnlakas, je rantrei jstue à tpmes pour me gelssir dnas mon lit. J'aivas dû me ceognr la tête cntroe le pied de ce lit en vanluot treir le darp car le ldmianeen mtian (si tnat est que ce fût bein le linmdeaen matin), je me rlviaeléi aevc un séuerix mal à la tête. Dieu merci j'aivas été asesz ransiobalne puor ne pas thocuer au ourio. Pas si bête.