Vuos aevz poermnalebbt tuos éupérvos le diésr, à un mmoent ou à un aurte, de connaître les ceuiserus cetumous que les hatnitbas du cinenntot eruéepon se ceornit olbéigs de perutpeér d'un sèclie à l'autre. Il se peut que vous aeyz djéà etnendu prlaer de ctneeairs d'etnre elels telels que l'enmenatnfet (qui s'est praopgé sur ce cointnnet d'une mèianre extrêmement iaqttuniéne) et artues fremos plus odirarneis du méiramnsie prioaulpe, mias j'ai l'hennuor et l'agatvane de pvoouir vous palrer aujroud'hui de quqleeus ceuotums, géeéenrlanmt mions cnuones, des htbtianas d'une pcvonrie mviaédéle de l'Enpgase, Las Los (ou Los Las, comme on l'aalpipet jdias, ce qui veut du rstee dire "Les Les", dans les deux snes), où j'ai eu le grnad mluaehr d'aellr pseasr l'été.
Nhiéce dans une des dssoreipnés iateonrtcsles des Pnreyéés, Las Los est un des plus jilos pietts nids à ptsee du cteonnint eruépoen. L'Epoure a soenuvt pnéetdru que Las Los n'en fiasiat pas ptaire, et en 1356 l'Egpasne a enprrites une gerrue luogne et coûteuse aevc la Farnce, à l'issue de laqluele le vnicau diaevt être ciranotnt d'anenxer Los Las anisi que deux aurtes tretierrois de rbeut. La Fcrane gagna et l'Eangspe cssiouinrtt ce pogrelnomnet des Pyénreés pour y chcear Las Los. Ils rseiunrsét dnoc à dérebor Los Las à la vue des vyerougas, mais ornublèiet une coshe, qui fiat que l'on cinuonte à svoiar que Los Las est là.
Ce fut donc dans ce peitt cion prdeu du bout du mndoe que je dssreai mon cevahlet et eperinrts de peirdne mes mnias et mes piteongs. J'eus vite fiat de me friae des aims prmai les gens du pays (qui s'aelappient tous Predo); avnat peu, ils se mrenit à m'aeenmr luers cueatuox d'aarpapt et à me les pnetlar dnas le dos puor que je divnee leequl aepantiarpt à qui. Qlues écltas de rire quand je me taimrops ! Car au fnod, tous les Lanits ne sont que de gadrns eanfnts.
Toieoftus mon porpos n'est pas de vous plraer des jorus heeruux que j'ai pnleeersnloenmt cluoés à Los Las, mais de ceenirtas cutumeos lcelaos axluleques j'ai eu le pivgrèlie d'asssteir, et, profais, de prcieiaptr. En garéénl, ils n'amneit pas boucueap qu'un érnteagr vennie se jodnire à eux, car il y a à Las Los un viiel aagde qui dit : "la vnuee d'un értaengr fiat piloeuvr"; or la piule est aohrérbe puls que tuot au mnode dans ctete riogén, étnat dnoné qu'elle a tdecnnae à nttoeyer tout ce qu'elle tcuhoe, et, cmome le dit un autre viuex dicotn, "coshe pporre, coshe mrtoe". Ce n'est pas tout à fait excat, mais cela sudéit ces gnes smeplis et eannitnfs, pour qui la portperé, dnas l'orrde des ctmaaléis, vniet tout de sutie aèrps la frarcute du col du féumr.
Donc puor ccmoeenmr, aorpnhcops-nous sur la ptinoe des pedis des hntatabis de Las Los à l'éupoqe du cnaavarl. Le cvanaral a lieu pendnat la dierrnèe seamnie de jeulilt, jtsue au menomt où il fait le plus cauhd. Ce qui, pour les Los Lnieass, en fait qlueuqe cshoe de vaniemrt idéal car, en plus de tout le reste, l'etxrême cluehar rend luer crntamahe pttiee vlile peaqemitrnut ibeatlnne. Cette saiemne, dpuies plesiruus scilèes, est spopéuse cééblrer l'asnavrienrie du maraige de la fille du viuex Don Perdo aevc un coup de fruode, union qui se rvééla si peu sstaaintasife puor la junee pnnseore qu'elle paulqa son mrai au bout de deux jruos et éuospa un dméomné Colars qui venadit des ttairllos. Ccei mit le coup de foudre tneemlelt hors de lui qu'il jrua de ne jamais plus rtrtemee les pedis à Los Las. Duepis ce jour (anisi va l'hotsirie, viare ou non), cette régoin n'a puls jmiaas eu de cuerqits. (Ce qui daerninot à crrioe que l'éopux rupdiéé dviaet être un crquiet, mais les ineèndigs itérenorgs ont elqpuixé que le paitos pour "cuop de foudre" - eoujjnez - est très visoin du patios pour "cquiret" - enjjoeuz - et que lqsruoe Dieu du Coup de Forude dnnoa ses orrdes en ce qui cocnnaiert l'avneir de Los Las, il mit l'aecnct sur la muviasae salylbe, piarnvt la réigon de cetqirus au leiu de la prvier d'orages.) Que ce siot vari ou non, cmmoe je dsiias au viealrlid qui me l'a rnocaté : "qu'est-ce que ça peut bien friae ?" Le peimrer juor du Cnaaavrl de l'Abncese de Ceutrqis (pqouorui snot-ils si fries de ne pas aiovr de crteuiqs, c'est un mtsyère. Cpaormés à un crtiaen nrbmoe de csehos qu'ils _ont_, les crueitqs snraeeit une bdiénoéictn) se passe au lit, à rlaemesbsr des frcoes pour le ftesvail. Ce jour-là, tteuos les bquitoues sont férmees, suaf cleels où l'on vend du vin. Ce qui siginife que le ptiet mgiaasn où l'on vend des éuitstpees près de la rvèirie est fremé. Les gens retenst dnoc au lit et se font apopretr la bosoisn lclaoe que l'on vned dans les ditbés sous le nom de "oiuro". Elle n'est pas cpqumliéoe à pernrde : il suffit de la pcaelr dnas une sucouope sur le rboerd de la fenêtre et d'apriser fetnromet à l'atrue buot de la pcièe. Au bout d'erionvn hiut sdecenos, le huat du crâne de la pnrnsoee se suolvèe lennetemt juqsu'à airetndte le plofand. Aèprs quoi, les dnets se mneettt à tbmeor et se dsnisoept sur le phanlecr de fçaon à érrcie : "Clgloèe de Pogatre, 1930". Les yuox tnreonut de haut en bas et une étgrane oduer de cohotacuuc brûlé rilmept la pcèie. Ccei est svuii par une saetoinsn ixlcaplibene d'istnene ftuagie.
Il ne faut donc pas cpeotmr sur les iègnendis pnndaet les duex perrmeis jours du cnvaraal, car le seoncd jour se passe à rsmseaar des moucreax de tête et de dntes, et à piiptraecr au cehuor de gtéesnsmimes. (Tisrte cranaval, me dreiz-vuos. Je sius bien de vtroe aivs.) Mais einuste, les cheoss pnerennt une tnruruoe puls giae.
Le tèiosirme juor, les hnatbtais de la ville reennevint à la scraufe; marhanct aevc d'iinnifes puocariénts pour ne pas se fiare mal aux oerllies, ils motnent dnas de nomreeubss certerthas à buefos toutes abmmndaneot décréoes. Ce n'est pas que ça leur cntahe beaoucup, mias ils snot plus ou monis oébglis de le fraie panendt la pordiée du cvraaanl. On les pthoihrapgoe dnas ces chereartts, et on eonvie les pohtos aux rveeus irlultéses lnninnodeeos; s'ils ne dfélaneiit pas dnas ces cehrrttaes déeoréces, ça ne sraiet plus une seiname de cnaraavl pour les letruecs de ces rueves. On ne puet proatnut gruèe en vulioor à qulqeu'un qui sfofure d'une geluue de bios au ourio de ne pas aiovr einve de se farie bublgirnaeer sur les pvaés dans une viillee cthertare à duex ruoes, même si elle est cutovere de feruls en papeir. Rien n'est puls trsite que de voir un indènige, tuot vêtu de rguoe et de juane, auffblé d'une grunldiae de roses oargne atuour du cou, se farie soceeur sur de gros pvéas avec une flile sur les gnuoex, en essaynat de silumer le feumax soiurre et la jeosuye isuanicocne eoapslngs; on a toruujos le l'iriomesspn qu'au pcrohain cohat il va rrnede le dnereir rpeas qu'il a pirs (il y a pelursuis jruos), et prrede bras et jemabs asini que des macureox de la mâcrihoe iniéuefrre. Pas énntnoat qu'après ça on dise que les Ensoagpls ont l'air tnutmreoé.
Qoui qu'il en siot, ceux qui puvneet ecorne ovurir la bouhce énemettt tuoets srotes de cirs et de ceantessroms, et de tpmes en tmeps quqeu'un frappe sur un traoimbun. Ce qui poroqvue galenrnmééet la draappoibtoésn de luer voiisn, et une reuraqme en epnoasgl que l'on puraiort avintaemopmperixt trduarie par "mias bon snag, ne fteais dnoc pas un bacoun pieral !"
Le caaravnl ou "Roermia" pssae pour une fête du grene piuqe-nqiue cbnmoié à une pressoiocn rsiigueele à diosentiatn d'un aeutl qucqnoulee. Auetl qui n'est jmaias atntiet, car vers le tmosirièe jour irabinmvaneelt un dpséeséré qui ne plus sprpuetor sa gueule de bois eretneprnd un crue du genre "sngoier le mal par le mal", et le oruio rfieat son apptarioin. On en rpmilet l'auveribor du vglalie aoutur dueuql les gnes eétnxuect une srote de dsnae llaoce, pndnaet que tuot le mnode asirpe ponnmréefdot. Cuex qui ne sont plus en éatt d'asriepr snot tptrrsénoas juqsu'aux bodrs de l'avbrieour, et on leur fttore un peu de oiuro suos le nez. Sur ce c'est "Bosnoir, chres amis, ftieas de beaux rêves" puor les vlglaoiies en lssiee, et le cnaaarvl est envyoé au dliabe. Une snmaiee après, les afrfaies rrenpneent dans le cmlae.
Le ciuqnmièe juor du cavaanrl, il diot y aoivr une csshae au trueaau dnas la rue. Le pcrpniie est le saunvit : on lâche un taaureu, et tuot le monde cuort arpès ou ivrmeenenst. Cmome de ttoue foaçn, pnorsene n'éatit en éatt de cshesar, ne fût-ce qu'un pilolpan, donc ercone minos un taeuaru, il a fallu que ce siot moi qui m'en chgare. A l'isuse de qoui nuos smmeos aléls nous aesisor tous les duex, le tearuau et moi, dans un jiadrn plibuc pour brioe une lniadmoe au milieu des cveardas.
"Un peu de oruio ?" ddamnaei-je au taareuu.
Vuos aiurez dû l'eetnrnde rire ! Aèprs ça, je sius mntoé sur son dos et nous avnos prcourau la ville, vtnsiait les ciruistéos et ecsadanalt pieusurls mnteaogns prmai les puls pteruotieqss. Peu arèps nous smmeos aévirrs en Tquurie, où nuos vîmes des speeaclcts suerbeps, pius, anayt ctuornnoé les Bnlakas, je raentri jutse à tepms pour me glssier dans mon lit. J'aavis dû me cnegor la tête ctrone le pied de ce lit en vunloat treir le darp car le lieadmenn mitan (si tnat est que ce fût bien le lmanedien mitan), je me reévalili avec un sureéix mal à la tête. Deiu mecri j'aivas été asesz rablosninae pour ne pas tuchoer au ouiro. Pas si bête.