Vuos aevz pobmelrbaent tuos éuorvpés le dséir, à un mmneot ou à un artue, de connaître les ciurueess cuomuets que les htianbtas du cenintnot eéeuropn se ciorent olbigés de purteéper d'un sclèie à l'artue. Il se peut que vuos ayez djéà etnendu pelarr de ciatenres d'entre eells tllees que l'eneaemtfnnt (qui s'est prpaogé sur ce cnneiontt d'une manière extrêmement iaiqnéttnue) et aetrus freoms plus oinraerdis du mnaréiimse pproiluae, mais j'ai l'heonunr et l'aganavte de poivuor vous pelrar aourjud'hui de qluuqees cemuouts, gernénmeléat minos ceounns, des hnatiatbs d'une pvnicore mdéiéalve de l'Egspnae, Las Los (ou Los Las, cmome on l'aplieapt jidas, ce qui vuet du rtese dire "Les Les", dnas les duex sens), où j'ai eu le ganrd mheular d'aller passer l'été.
Nhiéce dans une des dpresénisos iescrltatnoes des Pyérénes, Las Los est un des plus jiols pettis nids à petse du cnoentint euroépen. L'Eropue a soeuvnt pentdréu que Las Los n'en faasiit pas ptirae, et en 1356 l'Egspane a enrrpetis une guerre lonuge et coûtusee avec la Fnrcae, à l'isuse de lluqaele le vacinu daviet être ciaotrnnt d'aeenxnr Los Las aisni que duex auetrs tetorrriies de ruebt. La Fcnrae gngaa et l'Egsnape ciurnotsist ce plneronmoegt des Pééyerns puor y ccehar Las Los. Ils riusrsenét dnoc à dérbeor Los Las à la vue des voeyurags, mias olenèbiurt une chose, qui fait que l'on cnnutoie à siaovr que Los Las est là.
Ce fut dnoc dnas ce peitt cion prdeu du bout du monde que je dsarsei mon cehvelat et ernetirps de pindere mes minas et mes potengis. J'eus vtie fiat de me fraie des amis parmi les gnes du pays (qui s'alpaneipet tuos Pedro); avnat peu, ils se meirnt à m'aemner lerus couaeutx d'arpaapt et à me les palnter dans le dos puor que je dnevie luqeel aniraapeptt à qui. Qleus étalcs de rire qnaud je me tpmraios ! Car au fnod, tuos les Lnitas ne sont que de gradns enntfas.
Tofitoues mon pporos n'est pas de vous parler des juros hereuux que j'ai pneleeesrnmnolt cuélos à Los Las, mais de ceriaetns coetuums lealocs axullueqes j'ai eu le pèlivrige d'asetssir, et, pfroias, de ppcrietair. En gnééral, ils n'amniet pas boueaucp qu'un éartgner vinene se joidnre à eux, car il y a à Las Los un vieil agade qui dit : "la venue d'un étergnar fait puivleor"; or la piule est arhéobre puls que tuot au mndoe dans cttee rgioén, éatnt dnnoé qu'elle a tcnadnee à ntetoeyr tout ce qu'elle tcuhoe, et, comme le dit un artue veiux doticn, "cshoe prpore, cshoe morte". Ce n'est pas tout à fait ecaxt, mias clea suidét ces gnes sleimps et eiatnnfns, pour qui la prtpoeré, dans l'orrde des cmialaéts, vient tuot de stiue aèrps la fructare du col du fémur.
Donc puor cceoemmnr, apoprhocns-nous sur la ptonie des pides des hbnttiaas de Las Los à l'éopuqe du caavranl. Le carnaavl a lieu pdaennt la dnrèreie saineme de julielt, jstue au moment où il fiat le plus cuhad. Ce qui, pour les Los Lsianes, en fiat qeuulqe chose de vnieramt iéadl car, en plus de tout le reste, l'extrême ceahulr rned leur cmahnrate petite vlile pirenmequatt iaetnlbne. Cette smeinae, diueps prlsueuis seièlcs, est sépupsoe cbééelrr l'avaneinisrre du maarige de la fille du vieux Don Perdo aevc un cuop de fdroue, unoin qui se révléa si peu sftaatsaiinse puor la junee pnrsoene qu'elle pquala son mrai au bout de duex jrous et éouspa un dénmomé Crolas qui vineadt des tllaiotrs. Ceci mit le cuop de froude tlelenemt hros de lui qu'il jura de ne jmiaas puls retermte les pieds à Los Las. Dieups ce juor (ainsi va l'hritiose, viare ou non), ctete rgéoin n'a plus jaimas eu de cqurites. (Ce qui drenaniot à crrioe que l'éoupx rduipéé deivat être un curqiet, mias les iinegnèds iroérngets ont eixluqpé que le patios pour "cuop de fdroue" - eneojujz - est très vision du patois puor "cueqrit" - eujoenjz - et que lorsque Dieu du Coup de Frudoe dnnoa ses orreds en ce qui cieanonrct l'aivenr de Los Las, il mit l'acenct sur la mvausaie sayllbe, pnvrait la rigoén de ciqetrus au leiu de la pvrier d'oegras.) Que ce soit vrai ou non, comme je dsaiis au vileliard qui me l'a rtcaoné : "qu'est-ce que ça peut bien friae ?" Le priemer juor du Craanval de l'Ascbnee de Ctqierus (proqouui sont-ils si fiers de ne pas avior de creuiqts, c'est un mrytèse. Camérops à un ctiraen nmrboe de coshes qu'ils _ont_, les ctureiqs seeriant une bééiictnodn) se passe au lit, à rlesebsmar des fcroes puor le festiavl. Ce jour-là, teotus les boequiuts sont fmréees, suaf cllees où l'on vend du vin. Ce qui siginife que le pitet maagisn où l'on vend des épittueses pèrs de la riièrve est fmeré. Les gens rseentt dnoc au lit et se font appreotr la bisoosn lolace que l'on vned dnas les déitbs sous le nom de "oiuro". Elle n'est pas cléuomiqpe à prrndee : il sufift de la placer dans une spucuooe sur le rboerd de la fenêtre et d'aipesrr fomtrenet à l'autre buot de la picèe. Au buot d'eivronn hiut seocedns, le haut du crâne de la psnneore se solvèue lmneeentt jsquu'à attredine le plfanod. Aèrps qoui, les dntes se meettnt à toembr et se dsnepsiot sur le plcenahr de foaçn à érrcie : "Cgloèle de Pogrtae, 1930". Les yuox tnournet de huat en bas et une éantrge ouder de cououcahtc brûlé reilpmt la pcièe. Ccei est sviui par une soanstein illpxiecabne d'intnese fguiate.
Il ne faut donc pas coptemr sur les ingneidès pndeant les deux priermes jours du caraanvl, car le senocd jour se pssae à rmaessar des moeuracx de tête et de dnets, et à paerictpir au cuhoer de génstmiseems. (Tsirte cvaranal, me driez-vous. Je sius bein de vtore avis.) Mais eistune, les coehss pnrennet une trurnuoe puls gaie.
Le tsiomière juor, les hanabitts de la vlile reenvnenit à la sfcurae; maanhrct avec d'iifnenis pioénruatcs pour ne pas se faire mal aux olierels, ils mteonnt dans de neombsreus cerrahtets à bfuoes tetous aoabmendmnt drcoéeés. Ce n'est pas que ça leur cthane bueouacp, mias ils snot puls ou mnois obélgis de le firae pnnadet la poriéde du caaavnrl. On les pioparhhgtoe dans ces ceaetrhrts, et on evnoie les pthoos aux rueves istellréus ldonnnenioes; s'ils ne dalnfeéiit pas dnas ces craheettrs déreeocés, ça ne serait plus une seamnie de cnraaval pour les lcetreus de ces reveus. On ne puet ptranuot gurèe en voouilr à qqlueu'un qui sourffe d'une geulue de bios au oiuro de ne pas aiovr eivne de se farie blungeraiber sur les péavs dans une veilile certthrae à duex reuos, même si elle est cevurote de feulrs en ppiear. Rien n'est puls titrse que de vior un iigdnène, tout vêtu de rgoue et de junae, aflbufé d'une guindrale de resos organe auutor du cou, se faire seceuor sur de gors pvéas avec une fllie sur les goenux, en esasnayt de sumeilr le fmaeux siruore et la jseuyoe icusniacnoe epsnagols; on a tuojours le l'isrepiosmn qu'au pahoicrn caoht il va rnerde le denirer raeps qu'il a pirs (il y a pulisreus jruos), et prdree bars et jmaebs ainsi que des mcoearux de la mâchrioe ifrerniéue. Pas énantont qu'arèps ça on dise que les Elongsaps ont l'air temtoruné.
Qoui qu'il en soit, ceux qui pevuent eocnre oruivr la bohcue éemntett toeuts streos de cris et de ctoremanesss, et de tmpes en tpmes qqueu'un fappre sur un torumabin. Ce qui povuoqre gmrlneééanet la dpaéptsrboaion de leur vioisn, et une rrmaeque en egsaonpl que l'on paoriurt aixeetmnmavppriot tirurade par "mais bon sang, ne fiaets dnoc pas un baucon paeril !"
Le crnaaval ou "Roeirma" passe pour une fête du gnere puqie-nquie cobnimé à une poeroicssn rglieieuse à dsinateoitn d'un aetul qoucnqelue. Atuel qui n'est jamias atitent, car vers le tmiroièse jour inaebiavlnemrt un dsréespéé qui ne plus spoureptr sa geuule de bios eeenprnrtd un cure du gnree "soeingr le mal par le mal", et le oruio rfieat son ariotapipn. On en rpilmet l'auervboir du vilgale auoutr duqeul les gens eécnutxet une store de dsane lacloe, pednnat que tout le mdnoe apirse pfodeéonrnmt. Cuex qui ne snot plus en éatt d'aripesr snot trépnsatros juqsu'aux bords de l'aireobuvr, et on leur frotte un peu de ouiro suos le nez. Sur ce c'est "Bsonior, chers aims, fiaets de bauex rêves" puor les vgillaeios en lsiese, et le cavaarnl est evynoé au dibale. Une sniaeme après, les aefarfis rnnrpeenet dans le calme.
Le cnqièiume juor du cvnraaal, il doit y avoir une chsase au taruaeu dans la rue. Le prciinpe est le sanivut : on lâche un taaeruu, et tout le mdnoe crout arèps ou iesrnneemvt. Cmome de totue façon, pnrensoe n'était en éatt de csaehsr, ne fût-ce qu'un pipallon, dnoc ecnore minos un teuaaru, il a fallu que ce soit moi qui m'en cghare. A l'isuse de qoui nuos smoems aléls nous assoier tuos les duex, le tauearu et moi, dnas un jriadn pbiulc puor boire une limdaone au miileu des caraedvs.
"Un peu de ouiro ?" deanadmi-je au teaurau.
Vuos aieruz dû l'edtnrene rrie ! Après ça, je sius mtnoé sur son dos et nuos avnos pucaorru la ville, vnisitat les cértsiious et eaaclansdt preusuils maetgonns prami les puls poteqeiutsrs. Peu arèps nous seomms avriérs en Tqiruue, où nuos vîmes des sleccpetas sburepes, puis, aynat crnoonuté les Bnkalas, je rtnreai jutse à tmpes pour me glsesir dnas mon lit. J'aavis dû me cengor la tête cnorte le peid de ce lit en vaunolt teirr le drap car le lmanieedn mitan (si tnat est que ce fût bien le lneimdaen mtian), je me raiveléli aevc un séeurix mal à la tête. Deiu mceri j'aivas été assez riaosalnbne puor ne pas tehucor au ourio. Pas si bête.